Page FacebookTwitterTwitter
☎ 06 41 18 52 56
angoisse face au désir d'enfant et infertilité inexpliquée
Vous n'êtes pas identifié. Si vous n'avez pas de compte, inscrivez-vous en cliquant ici.

angoisse face au désir d'enfant et infertilité inexpliquée

#1  35141

fantomett
Nouveau membre
Pas de photo !

angoisse face au désir d'enfant et infertilité inexpliquée

Bonjour !

Je cherche des réponses à mes questionnements depuis maintenant des mois. Je précise que je vois une psychiatre pour apprendre à gérer mes angoisses et ma déprime (j'ai un tempérament anxieux et j'anticipe beaucoup l'échec). De ce côté là, je vais bien mieux, mais ma psy est une comportementaliste pas une analyste. Donc je n'explore pas le pourquoi du comment avec elle et je ne trouve toujours pas de réponse à mes questions pour lever mes blocages concernant mon désir d'enfant et notre infertilité.

Après examens médicaux, il n'y a pas de raisons physiologiques à l'absence de grossesse chez moi. Mon mari et moi devrions pouvoir concevoir. Après avoir essayé beaucoup de choses et s'être bien "pris la tête" en attendant l'arrivée d'un bébé, nous avons tout laissé tomber et n'attendons plus rien. Ce qui n'est qu'une demie vérité car je vous écris...

J'ai besoin de comprendre où peut se situer mon blocage car je pense qu'il vient essentiellement de moi. A 32 ans, j'ai beaucoup attendu avant de me projeter dans une maternité mais maintenant que j'ai l'homme de ma vie, je veux un enfant.

Pourtant à l'intérieur de moi, je ne ressens pas ce désir viscéral. est ce normal ? (je l'ai déjà ressenti lors d'une autre relation où je rêvais de tomber enceinte mais ce n'était pas possible car relation cachée ...bref).
De plus, j'avais beaucoup de peurs liées à l'arrivée d'un enfant : changement de vie, mise en danger du couple etc ... mais je travaille sur ses angoisses et ça devient moins problematique maintenant.
J'ai aussi eu une enfance spéciale avec des parents absents, donc la peur de reproduire existe aussi...
Tout cela je l'ai abordé avec ma psy mais cela ne change rien et je ne sens pas le déclic en moi arriver. J'ai l'impression que je suis fermée à la maternité tout en voulant un enfant !!!
Comment expliquer cela ?? et surtout comment m'ouvrir à la maternité ???
(je fréquente toutes mes amies qui viennent d'accoucher ces derniers mois et cela ne provoque pas plus de deblocage en moi)
Merci beaucoup d'avance pour votre aide et surtout pour les pistes de reflexion qui peuvent m'amener au déblocage de ma situation.
Bonne journée, à bientôt

Hors ligne

 

#2  35144

Christelle Moreau
Psychanalyste, Thérapeute, psychodynamique
Avatar de ce membre Sur Facebook

Re: angoisse face au désir d'enfant et infertilité inexpliquée

Bonjour,

pourquoi voulez vous un enfant ?
Qui veut un enfant ?
Pour vous qu'est ce que cela représente de faire un enfant ?
En enfin vous avez envie de faire un enfant, de porter un enfant ou d'avoir un enfant ?


Cabinet de psychothérapie et de Psychanalyse de Christelle Moreau, MAISON de la SANTE, 7 avenue Alfred Mortier, 06000 NICE CENTRE, Arrêt de TRAM Lycée Masséna, Cathédrale Vieille Ville, pour rendez-vous, merci de me joindre au 06 41 18 52 56, à bientôt.
M'appeler avec Skype : christelle.moreau

Hors ligne

 

voir aussi dans la librairie du site ...

#3  35156

fantomett
Nouveau membre
Pas de photo !

Re: angoisse face au désir d'enfant et infertilité inexpliquée

Bonjour et merci pour votre réponse. J’ai pris le temps d’être au calme pour me poser les questions que vous m’avez envoyées et j’avoue que les réponses ne sont pas si évidentes pour moi. En particulier pourquoi je veux un enfant : je pense que je veux un enfant car pour moi c’est important de créer une famille avec mon mari, créer un noyau, avoir cet autre lien qui nous uni. C’est aussi pour pouvoir donner mon amour et transmettre des choses à mon enfant. C’est aussi une forme de fierté d’avoir un enfant. Difficile à exprimer. Et c’est aussi il faut l’avouer pour avoir cette famille un peu comme tous les autres. On ne se sent pas complet d’être un couple sans enfant. Le plus dur a été pour moi de me projeter dans une vie sans enfant à partir de maintenant. Ça me paraissait impossible il y a encore quelques mois. Alors que j’ai vécu jusqu’à la 30aine assez égoistement sans m’en préoccuper réellement, mais malgré tout, cela faisait partie inhérente de mon futur. J’allais forcément être mère. Devoir peut être y renoncer est très difficile.

Pour la question « qui veut un enfant ? » : dans un premier temps à  quelques mois de notre rencontre, j’ai vite abordé le sujet et c’était un sujet difficile voire tabou avec mon mari (compagnon à l’epoque) qui me repondait juste « je n’ai pas dit que je n’en voulais pas » quand je lui reprochais d’être très peu ouvert à cette discussion. Il m’a avoué au bout de plusieurs mois qu’il avait besoin de me connaître avant d’en parler. Ce que je n’ai pas compris car quand on veut des enfants, on le sait. C’est en soi depuis toujours pour moi. Donc cette fermeture à la question m’a bloquée complétement et je pense encore en subir les dommages dans ma tête. Du coup je n’arrive pas à me libérer. J’en ai parlé à mon mari en lui expliquant  et je lui ai dit que vu notre amour dès le départ je ne comprends pas sa fermeture sur le sujet. Que depuis gamine je m’imaginais que l’homme qui m’aimerait vraiment et reciproquement serait hyper fier et motivé à me faire un enfant. Et ça ne s’est pas du tout passé comme ça donc je n’ai jamais laissé parler au fond de moi mon désir « viscéral » avec lui…
Aujourd’hui mon mari est à l’aise sur le sujet, souhaite des enfants (mais se satisfait aussi très bien de notre situation actuelle). Moi aussi je veux un enfant mais c’est différent maintenant et je me suis persuadée qu’on n’en aurait pas (même si je veux encore y croire ……).

3eme question : Faire un enfant c’est donc l’union de nous 2. C’est prolonger notre couple. C’est faire ce cadeau à mon mari. Pour mon mari c’est « la suite logique des choses ». Et pourtant nous sommes coincés !

Pour la dernière question : J’avoue que porter un enfant n’est pas un reve de jeune fille pour moi ni de femme mure d’ailleurs. Je suis assez bloquée sur le sujet de la grossesse (mais mes angoisses se levent). Mais le porter pour l’homme que j’aime, j’aurai été très heureuse.
Avoir un enfant pour moi c’est évident maintenant, et pourtant mes amies d’enfance me disent que j’étais très fermée à ce sujet étant plus jeune (ado – jeune adulte), je n’en voulais pas. J’ai du éluder depuis …
Et faire un enfant, c’était important car c’est un peu de nous 2. Le plus important c’était de le faire et de l’avoir donc. Parfois je me dis que même si je suis enceinte mais que je fais des fausses couches précoces (une question que ne veulent pas creuser les médecins avec moi mais j’ai eu 3 retards de quelques jours avec gros symptomes … apparemment pour eux ce serait ponctuellement hormonal. Moi j’ai le doute) ça me rassurerait et je serai apaisée et surtout pour mon mari qui verrait qu’il peut me faire un enfant. Donc Faire un enfant a son importance pour moi.

Merci énormément pour votre temps consacré et pour m’avoir transmis vos questions.
Merci encore et à l’avance pour votre réponse, à bientôt
Pouvez-vous me transmettre vos tarifs de consultations en ligne svp ?

Très Cordialement


(désolée je me suis trompée en envoyant le premier message de réponse je crois)

» Approfondir un thème ? Utilisez le mur des tags !

Hors ligne

 

#4  35157

Christelle Moreau
Psychanalyste, Thérapeute, psychodynamique
Avatar de ce membre Sur Facebook

Re: angoisse face au désir d'enfant et infertilité inexpliquée

Bonjour,

Vous écrivez :

a écrit:

J’allais forcément être mère.

Pourquoi ?

Il semble que vous ayez fait le deuil du prince charmant qui était censé répondre à vos attentes et vos désirs.

Oui, l'homme de votre vie vous aime pour ce que vous êtes et n'est pas obligé de répondre à vos rêves pré-programmé, déjà établis.
Vous êtes en cours de travail, et vous faites du chemin.

Quelles sont les angoisses que vous ressentez liées à la grossesse ?

Je vais vous bousculer un peu :
Vous semblez "devoir" prouver ( à vous même, à votre conjoint, probablement à vos parents , bref, à l'absolu ) que vous êtes apte à "faire" un enfant.
Comme une offrande en guise de preuve de votre amour.

a écrit:

pour mon mari qui verrait qu’il peut ... le porter pour l’homme... faire ce cadeau

Mes consultations sont à 45€ les 45 minutes, mais comme je le dis toujours, le coût des séances doit constituer un effort mais en aucun cas un empêchement à la cure, libre à vous d'en parler avec moi si besoin.


Cabinet de psychothérapie et de Psychanalyse de Christelle Moreau, MAISON de la SANTE, 7 avenue Alfred Mortier, 06000 NICE CENTRE, Arrêt de TRAM Lycée Masséna, Cathédrale Vieille Ville, pour rendez-vous, merci de me joindre au 06 41 18 52 56, à bientôt.
M'appeler avec Skype : christelle.moreau

Hors ligne

 

#5  35160

fantomett
Nouveau membre
Pas de photo !

Re: angoisse face au désir d'enfant et infertilité inexpliquée

Bonjour et encore merci pour le temps que vous me consacrez. Depuis votre première réponse, un travail se fait en moi je pense car hier j’ai réalisé que je mettais ma perte d’énergie et de joie de vivre sur le fait de mes angoisses mais en réalité, j’ai soudain compris que notre infertilité m’avait placée et bloquée dans un stade de deuil de cet enfant qui n’arrive pas. Stade où je n’y crois plus mais où j’espère encore … Cette ambiguité dévore mes forces je pense.

Alors tout d’abord merci à vous car les mots échangés doivent être pour quelque chose là dedans. Je dois maintenant décider si je reprends le « combat » pour un enfant ou abandonner (je ne vois seulement pas comment on abandonne quand on est encore en âge de procréer…). Je me suis juste mise en stand by pour oublier la douleur mais cela ne resoud donc rien…

Pour répondre à pourquoi « j’allais forcément être mère » : en mon for intérieur, c’est comme vieillir ou mourir, l’idée d’avoir des enfants était aussi évidente et assurée en moi. Même si je prenais le temps pour y arriver un jour, j’allais forcément être mère. Depuis je regrette d’avoir attendu car biologiquement mon corps aurait mieux répondu et mentalement, j’étais beaucoup moins angoissée et stressée en étant plus jeune. Mais je n’étais malheureusement pas avec ce que je jugeais être le bon père pour un futur enfant. J’ai perdu du temps en me laissant vivre.

Pour les angoisses que je ressens liées à la grossesse : peur de voir mon corps et donc qui je suis se transformer radicalement, peur d’être malade pendant la grossesse, d’avoir des complications. Comme je travaille sur mes angoisses avec la psychiatre, je sens que ces peurs s’atténuent mais pour autant je sens que les blocages en moi liées à la grossesse et à la maternité subsistent. C’est cela que je cherche à faire sortir de moi et qui se cachent à ma lucidité car je me connais bien mais je ne sais pas où et comment ça peut me bloquer puisque je semble consciente de mes peurs. J’ai aussi peur qu’un enfant puisse désunir notre couple même si je visualise le contraire dans mes pensées, la réalité autour de nous fait parfois froid dans le dos : séparation après l’arrivée de l’enfant. Et je sais que mon mari ne veut pas recevoir moins de moi si un enfant arrive car il dit qu’il en souffrirait. Moi je pense pouvoir etre mère et femme à la fois. Je sais faire la part des choses et j’ai assez d’amour pour plusieurs personnes. Mais ça ajoute à mes angoisses…

Pour votre réponse sur le fait de prouver que je suis apte à faire un enfant comme une preuve d’amour, je suis entièrement d’accord avec vous. Je sens qu’il y a un problème caché de  ce côté-là quand vous me le dites mais je ne vois pas. J’aime mon mari, j’ai fini par arriver à m’entendre avec ma mère et mon père en tirant un trait sur mon enfance un peu délaissée  (j’ai été élevée chez et par ma grand-mère, ainsi que mon frère ainé, et mes parents me prenaient chez eux le week-end pour qu’on soit un peu ensemble, car c’était plus simple à gérer pour eux comme ça). Je leur en ai voulu à l’âge adulte, je les tenais loin de moi car dans mon esprit ils ne méritaient pas d’être impliqués dans ma vie, maintenant je les considère d’adulte à adulte et pourtant oui cela me fait du mal de ne pas être à la hauteur pour avoir un enfant, vis-à-vis de leur regard. A ce sujet, ils sont discrets et compréhensifs mais je sais qu’au fond ils souffrent de ne pas me voir tomber enceinte. (il y a une lourdeur de ce côté-là car mon frère a mis 7 ans à avoir son enfant, il avait un très mauvais spermogramme mais pourtant, un jour, c’est arrivé. Sa femme n’avait pas de très bons résultats non plus, comme mon mari, mais rien d’impossible. On dirait que nous avons choisi, moi comme mon frère, des personnes avec qui nous aurions du mal à avoir un enfant, voire pas du tout – je viens de réaliser cela en vous l’écrivant …).
En tout cas, cette vision de l’offrande que vous abordez me parle. Mais je ne saurai dire en quoi cela à son importance.

Voilà où je suis bloquée, je connais mon histoire par cœur, je sais où sont les nœuds, il semble que je travaille et que j’avance et pourtant je me sens toujours entre 2 eaux quand il s’agit de maternité et cela se répercute sur ma fertilité, c’est ainsi que je le ressens.

Je suis très intéressée par vos consultations. Le problème est financier car je suis actuellement à la recherche d’un emploi, c’est pourquoi je consulte actuellement quelqu’un qui puisse être pris en charge par la cpam. Cependant, je pense qu’il faut en effet que je fasse cet effort sur quelques séances car je n’ai jamais abordé ce sujet comme cela avec un professionnel et je sens que cela me sert. Je ne pourrai bien sûr que procéder avec Skype ou par mail (j’habite une autre région que la votre). Est-ce possible ?

Dans tous les cas encore merci pour vos réponses données et à venir, à bientôt,
Bien cordialement,

Hors ligne

 

Partagez cette page sur Facebook ou Twitter :

Aller... » Pages: 1

Les propos tenus sur cette page n'engagent que leurs auteurs respectifs. Psychanalyse en Ligne n'est pas responsable du contenu textuel qui est la seule responsabilité des membres inscrits. Les citations d'ouvrage ou contenus Internet sont la propriété de leurs auteurs.

Articles et Dossiers

Tous les articles du portail Psy : sommaire

Forum Psy en Ligne - le site de Christelle Moreau psychanalyste à Nice - email

Pied de page des forums

mur des tags
Retour sur Psychanalyse en Ligne

©2006Psychanalyse Francophone

Le Forum de la psychanalyse, du mieux-être, du coaching, du développement de soi, depuis 2006. Posez vos questions à Christelle Moreau psycho-analyste et recevez une réponse en 72 heures. Pour évacuer, préparez une thérapie, n'hésitez pas à vous autoriser, ici la première parole souffrante est accueillie à sa juste valeur, elle est analysée, comprise et reçoit echo très rapidement par téléphone , par mail ou via skype, pour cela il suffit juste de prendre rendez-vous. Inscription gratuite ! Un site de Christelle Moreau ©2006

©2006-2018 Buzzistic | contacts

  • haut de page