Cette forme très accentuée d'introversion semble toucher de 2 à 4% des individus, ce chiffre évoluant selon les études statistiques. Ces études révèlent aussi que c'est majoritairement la population féminine qui est la plus touchée par la phobie sociale et ses symptômes.

La caractéristique de cette phobie est que la peur doit être persistante et non occasionnelle. Cette angoisse permanente du regard d'autrui est en effet le trait principal de cette phobie.

Les médecins psychiatres et les psychologues utilisent le plus souvent l'échelle de phobie sociale de Liebowitz pour évaluer le degré de phobie sociale développée par leurs patients. Ce type de phobie spécifique est également très bien documentée dans le célèbre DSM IV (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders), ouvrage de référence de nombreux thérapeutes à travers le monde.

Certaines études et analyses utilisent parfois le terme d'anxiété sociale pour désigner cette phobie.

Parmi les traitements curatifs les plus innovants, les nouvelles technologies proposent d'explorer la piste de la Réalité Virtuelle (VR) comme moyen d'atténuer et prendre en charge la phobie sociale.

A l'heure actuelle, les sciences suivent avec intérêt l'influence des perturbations hormonales dans le process de phobie sociale, qui présente par exemple des taux de Cortisol anormal chez les cas de phobiques sociaux. D'autres laboratoires penchent surtout pour la prévalence de facteurs d'origine sociale ou éducative survenus depuis l'enfance.