Page FacebookTwitterTwitter
☎ 06 41 18 52 56
Rêve que mes parents ont caché mes sous-vêtements
Vous n'êtes pas identifié. Si vous n'avez pas de compte, inscrivez-vous en cliquant ici.

Rêve que mes parents ont caché mes sous-vêtements

#1  34147

Rêve
Nouveau membre
Pas de photo !

Rêve que mes parents ont caché mes sous-vêtements

Bonjour,

J'ai fais un rêve que j'avais déjà plus ou moins fait et que j'ai ressenti la nécessité d'écrire immédiatement en me réveillant.
Contexte : J'ai actuellement 25 ans et j'ai depuis longtemps de mauvaises relations avec mon frère (en partie de la rivalité) et mes parents (à qui je reproche de ne m'avoir jamais acceptée comme je suis - un peu légère parfois-, et toujours dévalorisée comme étant une personne "bête", un mot qui a souvent été prononcé à mon égard). Je poursuis aujourd'hui une thèse dans une institution prestigieuse, et cela n'est sans doute pas sans lien avec ce que je viens d'évoquer. J'avais entamé une psychanalyse qui s'était terminé assez brutalement il y a quelques années, je m'en sentais coupable et un autre puy, auquel j'avais expliqué la situation, m'avait permis de dépasser ce sentiment de culpabilité. Aujourd'hui je pensais m'orienter vers une thérapie cognitivo-comportementale pour des troubles de l'humeur et de l'anxiété. Ce choix pour "essayer autre chose", et par doute de ne pas être une personne capable de mener à bien une thérapie, compte tenu de mon précédent échec, qui avait alors entrainé une dépression (rupture avec petit ami, arrêt de ma scolarité, importants troubles du sommeil, repli sur soi…). Ce rêve me fait me demander si ça n'est pas à nouveau vers une psychanalyse que je devrais me tourner dans la mesure où des éléments qui m'interpellent semble apparaitre. Nous suivons actuellement une thérapie familiale, sous mon impulsion sous forme d'ultimatum : la psychanalyse familiale ou pas de contact avec moi jusqu'à nouvel ordre. Mon père et mon frère y ont mis bop de mauvaise volonté : ils sont tous les deux des professionnels de la psychologie (psychiatre et psychanalyste) et nous devons donc, sur leur demande, parcourir 1h30 de TER pour aller voir un psy situé dans une autre ville. La thérapie piétine un peu du fait de cet éloignement qui espace énormément les séances, mais je retiens que mon frère, a déclaré n'avoir aucun souvenir de son enfance, jusqu'à ne pas se rappeler de la couleur des murs de sa chambre. J'espère que vous saurez en tout cas, en attendant que je puisse consulter, simplement me donner quelques éléments d'analyse sur ce rêve qui me tracasse au point de l'avoir immédiatement écris en intégralité, dans la première fenêtre skype ouverte, puis de décider de le poster dans la foulée sur votre forum qui semble sérieux. Je vous remercie tout d'abord d'avoir créé ce forum, et je remercie celles et ceux qui prendront le temps de me lire. Pardon pour la longueur de ce message.

Rêve : J'ai rêvé que des gens réparaient la cave de quelqu'un, un peu comme dans une émission américaine de télévision bien connue, où des stars de télé viennent réparer la maison d'une personne en difficulté sociale. Des ouvriers bénévoles enduisaient les murs de ce garage-cave (qui n'est autre que le garage de là ou j'ai habité entre mes 7 et 13 ans) avec de la chaux (un liquide noir que je pense, en me réveillant et sans rien n'y connaitre, être de la chaux). Le liquide passe par de gros tuyaux type ceux qu'il y a dans les stations essence, puis les ouvriers repassent sur la chaux avec de la laque bleue. Ils vont ça vraiment à l'arrache, je m'en fais al réflexion. Le commentateur de l'émission - il y avait une voix off - le notait, et ça n'avait pas l'air de le gêner, la qualité du travail final n'en serait pas amputée, apparemment.
Puis, j'étais là, et mes parents aussi, dans le garage. Je me souviens avoir déjà fait une partie de ce rêve : la partie ou je vois un pied qui dépasse, au dessus de la porte du garage (un endroit qui existe dans le rêve, mais pas dans la réalité, alors que le reste de la représentation du garage est à peu près fidèle). J'ai vu ce pied dépasser au dessus de cette porte, dans un précédent rêve, le pied, mais en fait, je me suis souvenue que j'avais déjà vu ce pied, pendant que je faisais un autre rêve. Un pied, dans cette "cache", je l'ai déjà rêvé. J'allais faire comme d'habitude, et ne pas regarder, laisser ce pied (humain) dans ce bordel au dessus de la porte du garage. Mais là, dans ma tête, en même temps que je rêvais que j'escaladais un peu, pour voir ce pied qui m'intriguait tant, et voyant ce pied, je me suis dit "ne regarde pas, ça craint ce truc". Comme quand on sait que si on avance dans le cauchemars, il va y avoir un monstre qui va sortir du placard, et qu'on renonce, la peur au ventre. puis je me suis répondue, dans le rêve : "Non mais l'intrigue avancera jamais si tu regarde pas ce que c'est. T'es le genre de personne qui voit un pied humain dans sa maison, et qui ne regarde pas ce qu'il y a derrière ça ??????". Et là je me dis dis, vas-y, mes parnets étaient là, et les ouvriers aussi, mais au fur et à mesure que je sortais les affaires de la "cache" - quelqu'un avait manifestement caché les choses ici - je ne voyais plus les ouvriers vraiment, juste mes parents, quand j'ai eu tout fini de sortir. Je sors le pied, un ou deux, je sais plus, je me souviens surtout d'un pied (pied droit). En fait, je pensais avoir vu le reste d'un corps (tron etc), mais il n'y avait que le pied, ça s'arrêtait au milieu du mollet. Je sors le pied, je le jette par terre (c'est en hauteur et je suis accrochée à un truc, une barre au dessus de la porte du garage, pour accéder à cet endroit qui fait approximativement 40cm de haut, 1m50 de profondeur peut-être davantage. Le pied ne m'intéresse déjà plus, le pied sorti, je sors des affaires à moi, ce sont des habits de quand j'étais plus jeune et que j'avais cet âge là,principalement (pour l'age). Je commence à pleurer en découvrant ça. Il y a essentiellement des petits hauts, et des culottes. Je sors des hauts en disant "mais c'est à moi ça, qu'est ce que c'est que ça ? qu'est ce que ça fout la ??" comprenant bien ici la connotation pédophile, au premier degré (mais en matière d'analyse de rêve les choses sont parfois plus compliquées que ce qu'elles en ont l'air, il n'y a peut-être pas de connotation pédophile ici ?). Je dis, à voix haute dans le rêve, ahurie, étonnée, énervée, "mais il y a plein de culottes à moi ici", et je sors les culottes et les hauts. Je suis très surprise par cette découverte morbide,  je retrouve même un string à moi, ici c'est donc un élément plus récent (j'ai acheté ce string il y a 7 mois). C'est un string que j'ai déjà perdu, puis retrouvé, par le passé, comme il arrive de perdre un habit dans sa panière à linge…dans les habits que je trouve dans le rêve, je crois me souvenir que dans les habits de quand j'étais jeune, je reconnaissais vraiment les habits en question. Le pied ne m'intéresse plus du tout à ce moment (et pourtant, c'est le pied d'un cadavre, semble-il  plutôt de sexe féminin, plutôt jeune, ça devrait m'intéresser, mais je l'ai jeté par terre et on ne le revoit plus de tous le rêve). Finalement, quand j'ai sorti bcp de choses, je suis toujours suspendue à cette barre qui me permet de voir dans cette "cache", je baisse la tête vers mes parents, qui n'ont pas l'air de découvrir vraiment l'existence de cet endroit. ils sont cote a cote, leurs visages, décomposés, figés, comme déjà morts, tournés vers moi. Ma mère parle, je ne me souviens pas de ce qu'elle dit, avant de tomber en arrière, raide morte, les yeux ouverts. je crois qu'elle a dit : "mais c'était pour te protéger". Et mon père, il s'est placé doucement contre un mur du garage, là ou il n'y a pas bcp de lumière, puis donc je le vois, recroquevillé un peu, contre un mur du garage, j'ai un peu peur que mes parents m'attaque au tout début, quand je les regardais d'en haut, mais en fait je vois que ma mère est sans doute morte que j'ai découvert ça. Mon père se recroqueville de façon coupable dans un endroit sombre du garage, je ne vois pas son visage, il est de dos.
L'image suivante, c'est directement des soldats qui suivent mon père pour l'arrêter, dans le garage. Puis je me suis réveillée.

Pour conclure, quelques éléments supplémentaires.
Sur mon père : Une fois, en sortant de la thérapie familiale, j'ai dis que nous n'étions quand même pas un cas désespéré, "c'est pas de la pédophilie je veux dire". Mon père a répondu "ah, ça, on sait pas". J'ai trouvé ça très déplacé de sa part à l'avoir des résorptions sur l'issue d'une thérapie ou quelque chose dans le genre. Mais après m'être réveillée, j'ai eu cette phrase en boucle dans la tête.
Sur les ouvriers : Pendant mon enfance, j'ai côtoyé une personne qui a été arrêtée pour pédophilie. Un ami de longue date de mon père, nommé Jacques, élevé à la DASS, marié ) une femme mal-entendante. Jacques était "home à tout faire", il avait monté une entreprise de petits travaux à domicile, et a rénové une partie de la maison autour de mes 7/8 ans. Des années plus tard, je me souviens bien qu'à un repas banal, mon père avait annoncé que Jacques s'était pendu en prison en attendant son jugement, car ses filles l'ont accusé d'attouchements/de viol. Tout de suite, j'ai pensé "mince, j'ai été en contact avec cet homme qui était un pédophile alors que j'étais plus jeune", je rentrais de l'école, Jacques était là. Je ne me souviens pas d'avoir été attachée ou autre, cela dit je me souviens m'être dit que ça n'était pas normal que mon père ne prenne pas la précaution de vérifier que rien ne m'était arrivé, compte tenu de ce que nous savions sur cet homme, qui ait été son ami, désormais. J'ai eu pendant longtemps peur, peur de découvrir que quelque chose s'était passé, et cela a pendant un temps parasité occasionnellement mes rapports sexuels, j'ai souvent eu l'impression d'avoir été victime d'attouchement, mais je me suis toujours répétée que je me racontais des histoires. Que si ça m'était arrivé, je m'en souviendrai. J'ai parlé récemment à mon copain, un jour ou j'étais bloquée par ces craintes, j'ai raconté cette histoire, l fait que j'ai côtoyé un pédophile dans mon enfance, et depuis ça allait mieux et je n'y pensais plus vraiment.

Voilà, mais ce rêve, ces habits et sous vêtements… Peut-être que ça a une signification toute autre, mais en tout cas si vous avez des éléments d'analyse à m'apporter, je suis vraiment preneuse, en attendant de consulter (j'attends de toucher une somme d'argent qui me permettra de consulter). Une dernière chose, si ça peut vous donner des idées, j'ai peur des monstres la nuit, ce qui m'interpelle à 25 ans, pas tous les soir,s c'est par période, mais le monstre dont j'ai peur est la petite fille du film "le cercle", un film dont il existe des analyses en terme psychanalytiques qui traitent de la relation au père et à la mère, si je me souviens bien.

Mon père à un profil obsessionnel, collectionneur, et est quelqu'un de lent et de perfectionniste. Mon frère a un profil introverti, des difficultés à "aimer", une perte de la mémoire de son enfance, et une tendance forte, comme mon père, à tout intellectualiser. Ma mère est quand à elle issue d'une famille de caractériels qui s'en prennent aux gens qui leurs sont proches sans véritable raison. J'ai pour ma part hérité de cette propension à nourrir des sentiments négatifs l'égard de mes proches (parents, frère, petit ami) - uniquement ces proches là - lorsque je suis en état de stress, que je décharge donc alors sur ces relations. J'ai un profil de personne angoissée, plutôt perfectionniste, et je consomme du cannabis une fois par jour après la fin de la journée de travail et avant de me coucher, pour endormir les angoisses (liées à la culpabilité d'arrêter de travailler, ou alors à la peur d'aller dormir). Je considère que mon père est une personne misogyne, même si il est plutôt soumis dans le foyer avec ma mère. Il a des sentiments très ambivalents envers sa mère, et a déjà dit "avec une mère pareil, je ne sais pas comment je m'en suis tiré". Il est psychiatre pour enfant, adolescent, et familles, de même que mon frère qui est lui psychologue pour enfants.

J'ai essayé de donner un maximum d'éléments, je n'attends pas une solution, ni forcément une analyse détaillée, mais des éléments m'interpellent : les ouvriers et leurs tuyaux, mon père coupable, ma mère qui sait et qui veut me protéger en ne me disant rien.

Merci de m'aider, je peux payer pour quelques séances, j'ai bien conscience que vous êtes des professionnels qui fournissez un travail en répondant à ces messages.

» Besoin d'un Psy ? Faites notre test pour le savoir !

Hors ligne

 

#2  34339

Christelle Moreau
Psychanalyste, Thérapeute, psychodynamique
Avatar de ce membre Sur Facebook

Re: Rêve que mes parents ont caché mes sous-vêtements

Bonjour,

Vous écrivez a écrit:

J'avais entamé une psychanalyse qui s'était terminé assez brutalement il y a quelques années,

Pour quelle raison c'est elle terminée, qui a mis un terme à cette analyse ?
Seriez vous enclin à revoir voir ancien analyste afin de faire le point ?

a écrit:

je m'en sentais coupable et un autre puy, auquel j'avais expliqué la situation, m'avait permis de dépasser ce sentiment de culpabilité.

Un psy est effectivement une personne avec qui l'on peut trouver la source et s'abreuver de soi, mais il est aussi celui ou celle qui nous permet de plonger là où seul(e), personne ne peut aller et où il est bon de savoir revenir...l'accompagnement est donc indispensable et l'arrêt brutal d'une thérapie n'est vraiment pas conseillé.

Vous écrivez a écrit:

Aujourd'hui je pensais m'orienter vers une thérapie cognitivo-comportementale pour des troubles de l'humeur et de l'anxiété. Ce choix pour "essayer autre chose", et par doute de ne pas être une personne capable de mener à bien une thérapie

J'ai envie de dire que vous n'avez pas fini "d'essayer" la première...
Et il ne faut pas attendre les mêmes choses d'une thérapie à l'autre.
Il serait bon que vous rencontriez un thérapeute pour un entretien clinique qui vous permettrait de vous aiguiller sur la thérapie la mieux adaptée à vos désirs.  Pour ce qui est en gras... j'ai envie de dire que "c'est mal partie", si vous considérez déjà qu' une thérapie cognitivo-comportementale n'est pas une "vrai" thérapie...

Concernant votre rêve, il vous appartient et nous ne nous connaissons pas.
Bien que vous avez dressé les divers portraits de vos proches, je ne suis pas en mesure  via ce forum de vous apporter des pistes. Si ce n'est de vous inciter à continuer la thérapie familiale actuelle et pourquoi pas à mettre "les pieds dans le plat" à la prochaine séance "en apportant" votre rêve.

Vous concernant  et concernant votre choix de thérapie, j'en reviens de nouveau à vous proposer de revoir votre ancien analyste et de faire le point avec lui.

Bonne continuation.


Cabinet de psychothérapie et de Psychanalyse de Christelle Moreau, MAISON de la SANTE, 7 avenue Alfred Mortier, 06000 NICE CENTRE, Arrêt de TRAM Lycée Masséna, Cathédrale Vieille Ville, pour rendez-vous, merci de me joindre au 06 41 18 52 56, à bientôt.
M'appeler avec Skype : christelle.moreau

Hors ligne

 

voir aussi dans la librairie du site ...

Partagez cette page sur Facebook ou Twitter :

Aller... » Pages: 1

Les propos tenus sur cette page n'engagent que leurs auteurs respectifs. Psychanalyse en Ligne n'est pas responsable du contenu textuel qui est la seule responsabilité des membres inscrits. Les citations d'ouvrage ou contenus Internet sont la propriété de leurs auteurs.

Articles et Dossiers

Tous les articles du portail Psy : sommaire

Forum Psy en Ligne - le site de Christelle Moreau psychanalyste à Nice - email

Pied de page des forums

mur des tags
Retour sur Psychanalyse en Ligne

©2006Psychanalyse Francophone

Le Forum de la psychanalyse, du mieux-être, du coaching, du développement de soi, depuis 2006. Posez vos questions à Christelle Moreau psycho-analyste et recevez une réponse en 72 heures. Pour évacuer, préparez une thérapie, n'hésitez pas à vous autoriser, ici la première parole souffrante est accueillie à sa juste valeur, elle est analysée, comprise et reçoit echo très rapidement par téléphone , par mail ou via skype, pour cela il suffit juste de prendre rendez-vous. Inscription gratuite ! Un site de Christelle Moreau ©2006

©2006-2018 Buzzistic | contacts

  • haut de page