Page FacebookTwitterTwitter
☎ 06 41 18 52 56
Chronologie de la psychanalyse du temps de Freud,1856-1939
Vous n'êtes pas identifié. Si vous n'avez pas de compte, inscrivez-vous en cliquant ici.

Chronologie de la psychanalyse du temps de Freud,1856-1939

#1  29819

Christelle Moreau
Psychanalyste, Thérapeute, psychodynamique
Avatar de ce membre Sur Facebook

Chronologie de la psychanalyse du temps de Freud,1856-1939

Olivier DOUVILLE, Chronologie de la psychanalyse du temps de Freud, 1856-1939, Paris, DUNOD, 2009, compte rendu par Elizabeth KALUARATCHIGE.


Dans cet ouvrage, Olivier Douville trace le cycle de vie de ce grand homme, père de la psychanalyse, depuis sa naissance à Freiberg en Moravie (actuelle Slovaqui) jusqu’au moment du dépôt de ses cendres dans l’amphore antique destinée à mélanger le vin et miel, au crématorium de Golder’s Green en Angleterre. La singularité de l’ouvrage est que l’auteur voyage au fil du rasoir entre un ouvrage biographique et historique d’un mouvement scientifique. Il est le résultat des investigations et recherches menées par l’auteur pendant des années sur le mouvement mondial de la psychanalyse.

En pointant la chronologie de la diffusion de la psychanalyse, à travers les publications, communications, cours, correspondances, rencontres, voyages, aventures, points d’arrêt, luttes, scissions, résistances et développements répartis aux quatre coins du monde, Olivier Douville montre que la psychanalyse du temps de Freud n’est pas qu’une affaire de personne ni d’un groupe de disciples, mais un surgissement d’une discipline nouvelle qui a des répercussions dans la pensée philosophique et dans les activités scientifiques, plus particulièrement dans le milieu psychiatrique. La chronologie tracée par Olivier Douville met en lumière, jusqu’à quel point la psychanalyse elle-même fait événement dans histoire et les événements de l’histoire font eux-mêmes entrer la psychanalyse dans leur mouvement.

Chaque année de la vie de Freud depuis 1875 forme un chapitre dans cet ouvrage. Dans chaque chapitre, différents pays sont évoqués comme marqués par la psychanalyse. La France entre en scène depuis 1882. Désormais, l’auteur étudie non seulement les expériences vécues par Freud en France, mais la résistance de la part de la France à la psychanalyse. L’auteur étudie finement les interactions ainsi que les apports théoriques et cliniques dans le milieu psychiatrique cédant une place non négligeable à la pratique psychanalytique des pays d’Europe comme l’Allemagne, la Suisse, l’Espagne, La Grande-Bretagne et la Hongrie, pendant l’expansion de la psychanalyse en Occident. William James, psychologue et philosophe des Etats-Unis est le premier savant en dehors de l’Europe, qui s’intéresse déjà en 1894 aux travaux de Freud et de Breuer. L’expansion de la psychanalyse vers les autres continents est abordée en accordant une importance justifiée, aux événements de petite envergure. Par exemple, l’auteur nous montre l’impact d’un petit commentaire d’un médecin du continent d’Amérique du Sud dans le mouvement psychanalytique à ses débuts. L’auteur est attentif à la moindre petite trace de la psychanalyse, telle que celle dont un écrivain japonais fait mention, pour la première fois en 1902, au sujet de la théorie freudienne de la sexualité dans un article de médecine. Avec cet événement presque anodin, l’auteur commence l’histoire de l’influence de la psychanalyse dans les pays asiatiques : Japon, Chine et Inde jusqu’au continent australien. L’année 1930 est marquée par la progression vers l’Afrique au travers de la région maghrébine, par le premier analyste arabe Moustapha Ziwar venu d’Egypte. Certains intellectuels et institutions et des pays du Proche Orient comme l’Iran, l’Israël et la Palestine s’inspirent de la psychanalyse. Dans la liste des pays impliqués dans ce mouvement, on entrevoit que les pays d’Afrique reste plutôt le « continent noir » du monde psychanalytique, sauf l’Afrique du Sud. Dans cet ouvrage on comprend la phrase de Freud : « D’Afrique, encore aucun signe de vie ». L’engagement freudien reste la colonne vertébrale de cette chronologie, pour tenir ce mouvement, qui fait des allers et des retours, entre tel ou tel continents, pays et régions.

En premier lieu, l’auteur met en relief le lien que la percée de la psychanalyse a avec les mouvements novateurs et révolutionnaires du début de la modernité : le surréalisme, l’athéisme, les révolutions politiques, les mouvements féministes, la psychologie expérimentale. En deuxième lieu, il nous montre jusqu’à quel point elle est victime des préjugés et des injustices jusqu’à devenir un mouvement d’exilés. Olivier Douville a pris le soin de montrer comment la psychanalyse s’est s’implantée solidement dans le cercle des analystes juifs malgré les persécutions, injures, destructions et exil forcé, et a pris racine dans les milieux non juifs et non européens. L’auteur nous guide pour comprendre la véritable expansion scientifique de la psychanalyse à travers les publications, les textes et les revues, traductions, colloques, associations et cercles de travail.

Une lecture critique de cet ouvrage nous permet de le présenter en tant que chronologie de « l’intérêt de la psychanalyse », au sens freudien du terme. Il prouve une fois de plus le statut épistémique de la psychanalyse et sa posture face au savoir régionalisé et globalisé. De la science, médecine, philosophie et la psychiatrie, jusqu’à la sociologie, l’anthropologie, en passant par les religions, l’art, la littérature et la politique, on rencontre un grand nombre de domaines dans lesquels « l’intérêt de la psychanalyse » se manifeste. Cet ouvrage montre la richesse des associations qu’elle commence à promouvoir entre ces divers domaines déjà au temps de Freud. Les réflexions de Piaget, Breton, Roheim, Selligmann, Tagore, Bataille et Bachelard, sur la psychanalyse, témoignent de la sympathie ainsi que la résistance à l’invention freudienne.

Depuis Galilée en passant par Darwin, l’humain résiste à la vérité qui se manifeste à travers les inventions scientifiques. Quant à Freud, il rencontre la résistance fondée sur un refus de l’humanité de reconnaître l’inconscient et la sexualité infantile, et de surcroît le complexe d’Œdipe. Les universitaires, écrivains, philosophes et littéraires semblent vouloir accueillir malgré eux, cette science marquée par une « révolution dans le savoir ». On suit tout au long de cet ouvrage, ces personnes menées par la résistance, qui tentent à éliminer certaines parties théoriques de la psychanalyse freudienne, par les interprétations, déviations et dérivations. On suit Jung, Groddeck, Adler et Rank, des piliers de l’édifice psychanalytique freudien, qui fondent leur propre domaine. Il est intéressant de suivre l’accueil ainsi que la scission, présenté selon le degré de résistance contre le sexuel et l’inconscient, le socle de la théorie psychanalytique.

Olivier Douville, psychanalyste, psychologue clinicien et anthropologue, montre à plusieurs reprises, la problématique de l’anthropologie dans la psychanalyse. Depuis Totem et tabou, on rencontre les publications, les interventions, et avancées conceptuelles à travers la psychanalyse mais également les critiques et l’hostilité. En effet Freud répond à Marett qui nomme le Totem et tabou une « just-so-story » : « Marett peut bien prétendre que la psychanalyse a laissé l’anthropologie au point où elle l’a trouvé, c’est-à-dire avec ses propres problèmes, puisqu’il se refuse aux solutions qu’elle lui donne… ». Ce propos freudien montre comment Freud fait un travail difficile et fécond en même temps. Corrélativement, comme on l’apprend tout au long de cet ouvrage, il s’agit de retracer la théorie freudienne de la culture qui a vu tout simplement le début de sa lutte pour prendre place dans les sciences qui étudient l’organisation culturelle et sociale.

Avant de terminer ce compte rendu, il faut insister sur l’utilité principale de ce travail. L’ouvrage est jalonné des années de la vie de Freud et accompagné d’un index des noms et d’un index des pays. Comme le propose l’auteur lui-même, le lecteur peut se servir de ce manuel pour guider sa lecture selon son intérêt théorique, historique et clinique.


Cabinet de psychothérapie et de Psychanalyse de Christelle Moreau, MAISON de la SANTE, 7 avenue Alfred Mortier, 06000 NICE CENTRE, Arrêt de TRAM Lycée Masséna, Cathédrale Vieille Ville, pour rendez-vous, merci de me joindre au 06 41 18 52 56, à bientôt.
M'appeler avec Skype : christelle.moreau

Hors ligne

 

publicité

Partagez cette page sur Facebook ou Twitter :

Aller... » Pages: 1

Les propos tenus sur cette page n'engagent que leurs auteurs respectifs. Psychanalyse en Ligne n'est pas responsable du contenu textuel qui est la seule responsabilité des membres inscrits. Les citations d'ouvrage ou contenus Internet sont la propriété de leurs auteurs.

Articles et Dossiers

Tous les articles du portail Psy : sommaire

Forum Psy en Ligne - le site de Christelle Moreau psychanalyste à Nice - email

Pied de page des forums

mur des tags
Retour sur Psychanalyse en Ligne

©2006Psychanalyse Francophone

Le Forum de la psychanalyse, du mieux-être, du coaching, du développement de soi, depuis 2006. Posez vos questions à Christelle Moreau psycho-analyste et recevez une réponse en 72 heures. Pour évacuer, préparez une thérapie, n'hésitez pas à vous autoriser, ici la première parole souffrante est accueillie à sa juste valeur, elle est analysée, comprise et reçoit echo très rapidement par téléphone , par mail ou via skype, pour cela il suffit juste de prendre rendez-vous. Inscription gratuite ! Un site de Christelle Moreau ©2006

©2006-2018 Buzzistic | contacts

  • haut de page