Page FacebookTwitterTwitter
☎ 06 41 18 52 56
Deprime de mon compagnon, je perd pieds ....
Vous n'êtes pas identifié. Si vous n'avez pas de compte, inscrivez-vous en cliquant ici.

Deprime de mon compagnon, je perd pieds ....

#1  35179

sybil
Nouveau membre
Pas de photo !

Deprime de mon compagnon, je perd pieds ....

Mon compagnon a subi avant que je le connaisse des passages depressifs à l'adolescence. Sans vraiment réussir à en comprendre le pourquoi.. il a fait deux tentatives de suicides médicamenteuses, l'une s'est soldée par un repos une semaine dans un centre spécialisé à sa demande et l'autre par un suivi régulier dans un centre de jour en milieu hospitalier puis suivi dans un cmp.
Je suis avec lui depuis cinq ans maintenant et il a donc terminé ses etudes a été embauché dans une entreprise où il a fait ses stages. Il a un travail prenant, à responsabilité puisque cadres et en juillet 2010 il a craqué un an après s'etre fait embauché. Au retour de nos vacances il a été incapable de reprendre le chemin du travail.. Le medecin lui a parlé de burn-out, repos... traitement... suivi en cmp de nouveau...
Je m'en veux car je sentais la chose venir depuis un moment il devait dormir un ou deux soir par semaine à l'hotel et le vivait tres mal... nos rapports s'eloignaient car il etait ereinté, très fatigué et donc s'endormait très vite le soir et le week end, passioné de sport il etait malgrè tout levé pour assurer ses competitions (chose que je trouve tres bien qui lui laisse un lien avec le milieu exterieur et un moyen de se defouler, d'exister autrement).
Bref.... 5/6 mois après ce repos (suivi toujours ne cours avec un psychiatre) il retrouve du travail. L'essai s'avere peu concluant, il s'ennuie le boulot est plus près de chez nous mais pas assez interessant.
Il retrouve l'equivalent de son premier boulot un an après ce premier craquage, mais dans une plus petite structure je me dis que c'est surement mieux! Moins de pression, entreprise plus familiale seul bemol il est à une heure de route aller, une heure retour de la maison.
(difficile par les temps qui court de trouver mieux!)
Bref tout se passe bien, si bien qu'il s'eloigne de son suivi: il ne peut se presenter à un rendez-vous car son trail l'en empeche. Il ne reprend pas rendez-vous par la suite et la chose en reste là.
Je sens deux mois après le début de cette prise de poste, de nouveau des tensions... irritabilité, stress, vomissement le matin. Je creuse et me rend compte que son chef et assez "carré" et très stressant. Il appelle mon ami à 7h du matin parfois pour besoin du boulot et s'il ne decroche pas au bout de la deuxieme sonnerie il lui fait des remontrances (il faut etre plus rapide que celà, si je t'appelle c'est que c'est important etc etc)
Bref j'en blague pour dedramatiser mais je commence à comprendre qu'il est sous pression de nouveau et le gère mal (qui arrive à bien le gerer en meme temps.. c'est humain je sais).
Il consulte un medecin traitant pour un bobo benin et parle de ses vomissements, toux et le medecin(qui n'est pas son medecin traitant puisqu'il etait en journée de boulot à 1h de chez ns) creuse.. et comprend que tout ceci doit etre lié à une pression. Il prescrit un antidepresseur et conseille de retourner voir le psychiatre qui le suivait pour poursuivre la therapie commencée (en somme l'arret du traitement anxyolitique, antidepresseur a été brutal la fois precedente).
Il n'y retourne pas... les tensions sont palpables entre nous. En ce moment il très à fleur de peau.. très sensible je fais tout pour le rassurer, lui faciliter la vie (repas pret pour le midi, je gere la rechange qu"il a en permanence dans sa voiture puisqu'il dort de nouveau à l'hotel pour les besoins du boulot)je fais le lien avec ses parents qui le voit peu car peu de temps et pas toujours l'envie.. Je souris, cuisine de bon repas le soir pour parler d'autre chose que du boulot s'il en a envie..
Malgrès celà je perd pied.. je prend peur... Il y a quelques jours je lui ai demandé s'il comptait se rendre au cmp, en expliquant que je le sentais à vif et que ceci etait normal (d'autant plus qu'il sort tout juste d'un long traitement pour hernie iatale..inflammation+++ donc toux et vomissement parfois quotidien au plus fort de "la maladie")mais que je voulais son sentiment. Il est larmoyant et me dit qu'il en a marre en effet, que cettte hernie l'a fatigué, mais qu'il aurait aimé tiré un trait sur ces mauvais passages..
Je le reconforte il me dit qu'il ira le mois suivant. Dans la nuit je le reveille en lui demandant si possible de ronfler moins fort (remarque qui prend toute son importance par la suite!) et il me retorque semi endormi "arrete de m'insulter tu peux me le demander plus gentiment!" or je ne profere jamais d'insulte à mon compagnon.. ceci m'a blessé et je vous avouerai que j'en ai pleuré en me rendormant ça m'a touché. Le lendemain au reveil je lui en parle et il est persuadé que je lui ai demandé de façon peu sympathique.. Je doute alors de moi..!
Hier soir très grosse dispute.. c'estle pourquoi de ce message mais je pense que je me devais de vous expliquer tout le contexte pardon pour ma longueur. Nous discutons tous les deux, un ami est avec nous nous prenons un verre dans un bar et allons rentrer afin de ne pas etre trop fatigué pour le dernier jour de boulot avant les vacances. Une chanson qu'il passe et il chante... je le regarde et continue de parler (choses banales, programmation vacances etc) et là la situation a basculé sans que je ne comprenne pourquoi il a mal pris le fait que je ne "l'ecoute pas", il a profité de mon etonnement pour partir vers la voiture sans dire aurevoir à notre ami. Je me suis retrouvée béate et il ne me laisse jamais ainsi (rentrer seule etc) je suis partie presque aussi vite et l'ai appelé. Il m'a répondu et etait déjà presque à la voiture. Sur le chemin du retour il parle, s'enerve je tente de calmer raisonner, parfois ses propos sont blessants je le lui dis je pleure.. ses reproches font mal meme si je conçois n'etre pas parfaite. Il me dit que moi aussi je lui fais mal quand je lui suggere "d'aller se faire soigner". Je lui explique que je n'ai pas tenu ses propos! Il me dit: non mais ça revient au meme! Et me fait comprendre qu'il aurait peut etre aimé que l'on resolve ça à deux avant d'aller reconsulter. (je prend donc note... et me dis que plus tard au calme je verrais s'il se sent de discuter du probleme avec moi).
Je n'ai pas compris le deroulement de cette dispute, le pourquoi du comment, il dit que j'ai été mechante, blessante et me sort des propos que je n'ai pas tenu. J'ai peur et ne comprend pas... Je me vois encore assise à coté du canapé à parler calmement, le regarder (il m'a meme dit: pourquoi tu me regardes comme ça, pourquoi tu me poses ces questions là? comme si il se senait agressé).
Là il vient de partir pour la derniere journée de travail avant les vances.. Il etait froid. Je suis allée vers lui au moment de partir pour lui dire que je l'aimais tres fort et qu'il profite de sa journée (repas fetes) que l'on parlerait ce soir au calme. Il m'a dit je vais essayer mais tu m'as fait tres mal tu as été mechante et blessante. Je ressasse le probleme la soirée dans tous les sens, les yeux rougis et gonflés... je ne comprend pas que se passe-t-il à votre avis? Comment peut-il deformer la réalité et transformer des propos en d'autres? Je n'ai pas été mechante, rien dit de blessant de vulgaire ce n'est pas dans ma nature et je le respecte trop pour ça.. HELP est-ce moi ou lui là qui devient folle/fou....

Hors ligne

 

publicité

Partagez cette page sur Facebook ou Twitter :

Aller... » Pages: 1

Les propos tenus sur cette page n'engagent que leurs auteurs respectifs. Psychanalyse en Ligne n'est pas responsable du contenu textuel qui est la seule responsabilité des membres inscrits. Les citations d'ouvrage ou contenus Internet sont la propriété de leurs auteurs.

Articles et Dossiers

Tous les articles du portail Psy : sommaire

Forum Psy en Ligne - le site de Christelle Moreau psychanalyste à Nice - email

Pied de page des forums

mur des tags
Retour sur Psychanalyse en Ligne

©2006Psychanalyse Francophone

Le Forum de la psychanalyse, du mieux-être, du coaching, du développement de soi, depuis 2006. Posez vos questions à Christelle Moreau psycho-analyste et recevez une réponse en 72 heures. Pour évacuer, préparez une thérapie, n'hésitez pas à vous autoriser, ici la première parole souffrante est accueillie à sa juste valeur, elle est analysée, comprise et reçoit echo très rapidement par téléphone , par mail ou via skype, pour cela il suffit juste de prendre rendez-vous. Inscription gratuite ! Un site de Christelle Moreau ©2006

©2006-2018 Buzzistic | contacts

  • haut de page