Page FacebookTwitterTwitter
☎ 06 41 18 52 56
Viol et phobie
Vous n'êtes pas identifié. Si vous n'avez pas de compte, inscrivez-vous en cliquant ici.

Viol et phobie

#1  34655

mariesara
Nouveau membre
Pas de photo !

Viol et phobie

Bonjour,

Lorsque j'avais 15 ans je me suis fait violer par le petit ami (M) de ma soeur qui devait avoir 20 ans environ à l'époque. Il était connu des services de police avait déjà fait de la prison, mais ma soeur était très amoureuse, même si je ne l'aimais pas ce que je lui ai souvent dit, je le trouvais trop violent.

A cet époque je sortais avec un jeune homme (R) qui connaissait l'ami de ma soeur. Un soir je devais voir mon petit ami, je l'ai attendu mais il n'est pas venu. Nous étions ma soeur et moi chez un copain, puis le petit ami de ma soeur est venu. Il m'a expliqué que R. avait eu un contre temps et qu'il m'attendait (M) devait m'amener. Malgré mes méfiances envers (M), je l'ai suivi. Chose que je n'aurais jamais dû faire. En fait il m'a amené sur un parking un peu plus loin et s'est garé. Là, il m'a simplement dit, "si tu veux que je reste avec ta soeur, tu couches avec moi", je dois dire qu'au début je n'ai pas répondu, parce que je suis l'ainée de ma famille et ma mère étant très violente, j'ai toujours pris l'habitude de défendre mes frères et soeurs. Mais malgré l'amour pour ma soeur, j'ai refusé, ça a dû prendre 10 secondes de réflexion. Je lui ai dit que non, j'ai mis ma main sur la porte pour sortir. A ce moment là, il a carrément changé de caractère, m'a dit qu'il avait une arme dans la boîte à gants et que de toute façon si je partais il aurait vite fait de me rattraper et que là ce serait pire. En effet (M) était champion de boxe et courrait des km tous les jours, d'après ce que j'avais entendu dire et que si je criais personne ne m'entendrait. A ce moment là, je sais qu'il s'est mis sur moi, nous étions toujours dans la voiture, puis je ne sais pas pourquoi, je me suis mise à fixer des WC public au loin et plus rien, je ne me souviens de rien, un gros trou noir dans ma vie. Je m'en suis rendue compte un peu plus loin. En fait à un moment, j'ai entendu quelqu'un dire "ça va Mariesara ?", là, c'est comme si je me réveillais, comme si j'avais quitté mon corps et que je réintégrais mon corps (ça peut sembler étrange, mais c'est exactement ce que j'ai ressenti), mais lorsque ça s'est passé, j'étais de nouveau dans la cour avec ma soeur et le copain. En fait je ne me souviens plus ni du viol, ni du retour en voiture, ni du fait que je sois descendue de la voiture. Si le copain n'avait pas prononcé mon prénom je ne me serais jamais "réveillée". Je n'ai rien dit, d'ailleurs j'ai oublié cette soirée aussi. Mais 24h après, je déjeunais dans la cuisine et ma soeur me disait (M est merveilleux M etc....), j'étais écoeurée par tout cet amour pour un monstre. J'ai pris mon bol et je l'ai cassé contre le mur en lui disant que M m'avait violé. Là, évidemment elle ne m'a pas cru, elle m'a dit je vais lui demander. J'attendais tellement de sa réponse (je ne sais pas pourquoi). 2 jours après ma soeur est venue me voir et m'a dit, je lui ai demandé il m'a répondu "que tu étais consentante et que si je n'avais pas été d'accord il n'aurait rien fait etc....", je me demande si cette phrase n'a pas été pire que le reste, car à ce moment là et pendant des années, je me suis dit et peut être que si j'étais partie, il ne m'aurait rien fait. Je me suis sentie coupable de ce viol.

Bref je suis partie, cela s'est passé il y a 30 ans, l'année dernière après un cauchemar, j'ai décidé de porter plainte, mais on m'a dit que l'on ne pouvait pas porter plainte 30 ans après. J'ai donc écrit une lettre au procureur dans la ville où cela s'est passé (je suis partie de ma ville dès mes 18 ans). Ils ont décidé quand même de m'entendre au commissariat et on entendu ma soeur, mais on classé l'affaire. Tout en sachant que M est devenu un homme très respecté dans la ville, et qu'ils s'occupent de jeunes filles et garçon en réinsertion (ce qui je dois dire ne me fait pas du tout plaisir).

Passons à ma phobie, comme psychologiquement entre la violence, l'alcoolisme de ma mère et le viol, je n'étais pas super bien. Il y 11 ans, j'ai commencé à travailler avec mes rêves et ce matin au réveil, j'ai compris que ma phobie des chiens, (que je pensais dû au fait que je me suis faite agresser par un chien à 26 ans). En fait mes rêves m'ont expliqué que ma phobie avait commencé à partir du viol et s'était vraiment ancrée 10 ans après lorsque le chien m'a agressé. En réfléchissant ce matin, je me suis rendue compte que c'était vrai, car avant le viol, j'étais quelqu'un qui faisait son jogging tous les matins dans la campagne etc.... et que depuis le viol, j'angoisse de me retrouver dans des endroits où il n'y a personne et de me faire agresser par les chiens.

Ma question est : est il vraiment possible de déclencher une phobie des chiens après un viol ? Et surtout comment s'en débarrasser ? Et je suis aller voir des psys, le premier m'a aidé à sortir le fait que je me prenais pour un bout de viande depuis. Le deuxième m'a carrément demandé, "êtes vous sûre que vous vous êtes fait violer ?", c'était l'année dernière après le rêve, je dois dire que sa question m'a fait plus de mal qu'autre chose. Désolée de la longueur

Hors ligne

 

publicité

Partagez cette page sur Facebook ou Twitter :

Aller... » Pages: 1

Les propos tenus sur cette page n'engagent que leurs auteurs respectifs. Psychanalyse en Ligne n'est pas responsable du contenu textuel qui est la seule responsabilité des membres inscrits. Les citations d'ouvrage ou contenus Internet sont la propriété de leurs auteurs.

Articles et Dossiers

Tous les articles du portail Psy : sommaire

Forum Psy en Ligne - le site de Christelle Moreau psychanalyste à Nice - email

Pied de page des forums

mur des tags
Retour sur Psychanalyse en Ligne

©2006Psychanalyse Francophone

Le Forum de la psychanalyse, du mieux-être, du coaching, du développement de soi, depuis 2006. Posez vos questions à Christelle Moreau psycho-analyste et recevez une réponse en 72 heures. Pour évacuer, préparez une thérapie, n'hésitez pas à vous autoriser, ici la première parole souffrante est accueillie à sa juste valeur, elle est analysée, comprise et reçoit echo très rapidement par téléphone , par mail ou via skype, pour cela il suffit juste de prendre rendez-vous. Inscription gratuite ! Un site de Christelle Moreau ©2006

©2006-2017 Buzzistic | contacts

  • haut de page