Page FacebookTwitterTwitter
☎ 06 41 18 52 56
Dictature d'une père bipolaire! Très long, mais trèsss intérressant.
Vous n'êtes pas identifié. Si vous n'avez pas de compte, inscrivez-vous en cliquant ici.

Dictature d'une père bipolaire! Très long, mais trèsss intérressant.

#1  31608

Anonyme2
Nouveau membre
Pas de photo !

Dictature d'une père bipolaire! Très long, mais trèsss intérressant.

Bonjour,
je voudrais vous racontez mon enfance.  Et bien, depuis ma naissance, je n'ai vécu que dans l'angoisse et la peur de me faire maltraité et insulter quotidiennement. Mon père était bipolaire, mais à l'époque, je ne sais pas c'était quoi et c'est juste après vingt ans qu'il a décidé de se soigner. La bipolarité consiste à être une maladie mentale (autrefois appelée maniaco-dépressive) où la personne atteinte à des tendances à paranoïer et ses émotions ne cessent de changer en «Up» et «Down.». Il pouvait un matin être super (trop) de bonne humeur, ne parler que de jokes de sexes (tendances des patients qui en sont atteint, très porter vers la chose, mais heureusement, il ne m'a pas touché.)  et l'après-midi, nous engueuler sans aucun respect. Il a déjà été  violent physiquement (Gifles, tordu le bras, brasser, claque derrière la tête, avec ou sans journal quand je ne disais pas la bonne réponse en mathétique.) Résultat, je n'ai eu comme exemple d'homme que ce père oui, violent physiquement, mais surtout verbalement. J'ai été très affecté et j'ai sûrement subit des posts-traumatiques que je n'ai pas encore découvert et qui me blogue dans ma vie personnelle et professionnelle ( Angoisse et culpabilité extrême quand je fais la moindre erreurs, quand un homme me critique (professeur ou patron ou chum (celui là, je vais vous en parler plus tard.) ,il faut je sois parfaite, car j'ai peur de me faire chicaner. Aussi, je suis devenu presque maniac de propreté, car durant toute mon enfance, j'ai vécu dans une très riche maison, certes, mais à l'intérieur c'était un véritable ghettos, surpeuplé d'objets de surconsommations...Ma mère et mes soeurs nous étions carrément traitées comme des boniches,moins bien que ses chiens, juste bonne à le servir, sans au respect...Nous étions des enfants maltraités et constament manipuler. J'étais la plus soumise, ma soeur aîner fut la première a se revolté, elle n'avait que 13 ans.  Elle a été longtemps à vivre dans des foyers jeunesses, et encore aujourd'hui, elle a de la misère à s'en remettre.  Cependant, elle a réussit à faire la paix avec lui, et étant très malade (mentalement et physiquement), elle l'héberge chez elle. Il a enfin décidé de prendre ses médicaments, mais il n'assume pas ses actes et il a tout perdu. Il pense que tout est de la faute de sa fille cadette, mon autre soeur. Celle-ci fut la pire maltraité, pourquoi? Parce qu'elle ressemblait beaucoup à la mère de mon père, et il n'a la jamais aimé, la traitant de folle et de dépressive, de grosse torche. Bref...Nous en avons tous bavés,  mais cela m'étonne que l'on soit pas tous encore vivant...Car voyez-vous, mes soeurs ont hérité du gêne de mon père et à cause qu'ils ont vécu dans une situation familiale dysfonctionnel et complètement débile, et bien, la maladie c'est développé. Cependant, heureusement, elles ont décidé de se soigner et vont mieux.  Ma mère, tant qu'à elle, a toujours essayé par douceur et patience de prendre tous ses épaules et faire en sorte que le climat soit paisible...Mais malheureusement, elle était dépendante affective, dépendait de son mari et ne trouvait pas le moyen de s'en sortir, avait peur de la vie, n'avait plus aucune estime de soi. Elle était une loque humaine qui à la fin de leur mariage, avait peur pour sa vie, car mon père était rendu au top de sa bipolarité , c'était à croire qu'il faisait exiprès de la mettre en danger pour la tuer accidentellement enfin qu'elle ne touche rien de son fond de pension.  Par miracle, la famille de ma mère est intervenue et à appeler la police. Depuis, ma mère n'est jamais plus retourné chez mon père, ils sont divorcés...J'ai attendu 17 ans pour un tel miracle. Ah oui, je suis très chrétienne (aucune religion) et je lis la bible (plus nouveau testament) et je dois vous avouez, c'est Dieu qui nous a donner la force de s'en sortir et d'avoir une vie meilleure.  Bref, à  19 ans, j'ai décidé de quitter le foyer familliale, car je n'avais plus le  choix, c'était une question de survie. Nous vivions à présent dans un petit 4 et 1/2, où des boîtes et des boîtes étaient empilés jusqu'au plafond, avec 50 hamsters, trois chiwawas et de cochons dindes...C'était horrible, infernale, et il n'y avait pas une seconde où mon père nous ne nous engueulait pas. Alors, je suis partie et lui disant cette dernière chose: Tu vas mourir seul et tu ne me reverras plus jamais de ta vie!».  Alors, j'ai enfin vécu une vie normale. Durant, un an et demi, je ne l'ai plus contacter, sauf qu'en j'ai appris qu'il était rentré à l'hôpital et qu'il avait fallit mourir, due à son diabète. Mon oncle prétend que peut-être il était entrain de se laisser mourir, car il se sentait terriblement abandonné et il avait tout perdu, tout son argent.  Mais que voulait-il que je dise? Quoi, que c'est notre faute? Ils nous ont jamais aidé, eux, mes oncles, mes tantes, seulement la famille à ma mère, et cela aux derniers moments! Nous étions des enfants, merde! Tout le monde du quartier nous jugeait, aucun adulte a prit les choses en main! Nous étions des enfants qui devaient s'occuper de nos parents! C'est terrible!Mais bon...J'ai reussit à pardonner à mon père et lui dire je t'aime après l'hôpital. Mais la deuxième visite, j'ai un choc émotionel...Je lui demandé cette question: Veux-tu que « ma soeur cadette» vienne te voir?»  Il m'a dit: Je ne veux pas plus la voir qu'elle veut me voir!. Je lui demandé: Pourquoi? Il m'a répondu «demande à ta mère.»J'ai compris alors qu'il n,avait rien comprit à tout cequ'il nous avait fait subir, car m'a expliqué ce que je vous ai dit précédemment.  Voilà, la source de ma peur d'aimer, c'est mon père, et vous comprenez maintenant pourquoi.  Je n'ai jamais eu de chum officiel, sauf cette année, à 20 ans et ça duré seulement, mais ah...Je l'aimais tellement, je crois que je l'aime toujours...Je vous explique.  Il était asiatique, il semblait parfait, il se disait parfait, sans aucun défaut...Il était tout le contraire de mon père. Il semblait contrôlé, patient, calme et aimant et il voulait même attendre après le mariage.Wow!  Ce fut le coup de foudre...La troisième rencontre, je lui ai dis que je l'aimais. Il était sur le choc, jamais une fille ne lui avait dit qu'il l'aimait. Il était tout pas sûr,il me sortait des excuses que sa mère aurait peut-être besoin de lui (il venait d'arriver au pays, mais ses parents vivaient en chine, et il était étudiant.) mais il me disait: I like you...C'Était comme difficile pour lui de se convaincre et il voulait prendre son temps. J'étais humiliée,car c'était la première que j'avais le courage de dire à un gars « je t'aime» en face de lui, mais je comprenais que c'était beaucoup trop vite. Cependant, sans me dire je t'aime, il voulait m'embrassé, j'ai refusé en riant. Je souffrais dans mon coin, j'en perdais toute mon énergie vitale. Alors, un jour, je voulais mettre les choses au claires. Il m'a finalement avoué sur msn (après un long
moment d'attente) qu'il m'aimait. J'étais au ciel! On est sorti, j'ai eu mon premier baiser devant chez moi...pas très fameux.  C'est moi qui lui a volé un baisé, tout timide, mais il ne m'a pas laissé le temps de reculer, et m'a tout de suite enfoncé sa langue...Je savais pas trop comment m'y prendre, mais pour moi, c'était normal qu'on m'embrasse comme ça, on m'avait jamais embrassé.  La deuxième fois, il est venu dans mon appartement, on se cajeulait sur le divan, je suis tombée, il m'a sauté dessus et il s'est mit en m,embrassé dans le coup. J'ai dis non, mais il a insisté, a continué. Je l'ai tassé brusquement, je ne voulais pas.  Il voulait prendre son temps, et c'est comme ça qu'il agissait? Il a essayé une troisième fois sur le lit, mais je me suis encore tassé. Cela m'a prit tellement de mon énergie de lui refusée...Était-ce normale?  Mais, il s'est rectifié, et c'est calmer. Mais il était très vague sur sa famille, je me suis rendu compte qu'il voulait pas leur parler de notre relation, car sur facebook, il disait que sa «Ugly sister» avait vu son profil et allait le dire à ses parents. Il avait tout de suite changé son nip en français, pour que personne ne comprenne qu'il était en couple.  Je me suis demandé, mais pourquoi avoir peur de leur avouer? Alors, j'ai commencé a avoir peur qui se joue de moi et je me suis rentrée un poignard dans le coeur, en lui envoyant un message pour qu'il prenne conscience de ses priorités: Sa famille et ses études étaient plus importante qu'avoir une petite blonde exotique. J'étais peut-être une aventure d'un an? Il m,a répondu qu'il voulait me marier, mais que ses parents l'encourageaient à rester au Canada. J'étais soulagée. Il voulait me marier!!! La troisième fois, à l'Halloween (fête costumé.) ce fut la plus belle des soirées...J'étais déguisée en Charlie Chaplin et lui en Bruce Lee.  Après  s'être démaquillé et avoir mangé une profusion de bonbons, on s'est embrassé. Il était sur moi et il s'aprête à me poser une question. Oh, je croyais tellement que c'était: Je t'aime, veux-tu m'épouser? (Je sais, j'étais trèèès naive.) mais non c'était: Can I kiss you your body? Je disais non, mais il insistait en faisant le bébé.  Alors..J'ai dit oui..Bref, je vous passe les détails.  Mais, ce soir là, je n'ai pas couché avec lui, il a juste défait ma chemise et ensuite, tra lala, et  déboutener ma chemise.  Je lui disais que juste ça je croyais qu'on aurait fait ça dans six mois (Jamais un homme ne m'a touché avant lui.)et il avait l'air à faire semblant de pas comprendre.  Et chaque rencontre, il me poussait à aller plus loin, sans oublier de se vanter que des filles lui tournaient autour à cause qu'il faisait du Kung Fu et qu'il ne voulait pas se montrer torce nue devant les autres gars, par peur de faire des jaloux.

» Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook depuis notre page fan !

Hors ligne

 

publicité

Partagez cette page sur Facebook ou Twitter :

Aller... » Pages: 1

Les propos tenus sur cette page n'engagent que leurs auteurs respectifs. Psychanalyse en Ligne n'est pas responsable du contenu textuel qui est la seule responsabilité des membres inscrits. Les citations d'ouvrage ou contenus Internet sont la propriété de leurs auteurs.

Articles et Dossiers

Tous les articles du portail Psy : sommaire

Forum Psy en Ligne - le site de Christelle Moreau psychanalyste à Nice - email

Pied de page des forums

mur des tags
Retour sur Psychanalyse en Ligne

©2006Psychanalyse Francophone

Le Forum de la psychanalyse, du mieux-être, du coaching, du développement de soi, depuis 2006. Posez vos questions à Christelle Moreau psycho-analyste et recevez une réponse en 72 heures. Pour évacuer, préparez une thérapie, n'hésitez pas à vous autoriser, ici la première parole souffrante est accueillie à sa juste valeur, elle est analysée, comprise et reçoit echo très rapidement par téléphone , par mail ou via skype, pour cela il suffit juste de prendre rendez-vous. Inscription gratuite ! Un site de Christelle Moreau ©2006

©2006-2018 Buzzistic | contacts

  • haut de page