Page FacebookTwitterTwitter
☎ 06 41 18 52 56
Je me sens oppressé par l'image que je me suis construite...
Vous n'êtes pas identifié. Si vous n'avez pas de compte, inscrivez-vous en cliquant ici.

Je me sens oppressé par l'image que je me suis construite...

#1  28438

Monsieur S
Nouveau membre
Pas de photo !

Je me sens oppressé par l'image que je me suis construite...

... et dont j'ai le sentiment qu'on m'a aidé à construire.

J'ai 24 et je vais sur mes 25.
Je suis le troizième d'une famille de cinq enfants, les 2 ainés étant passablement plus agés, et les deux plus jeunes étant jumeaux. De façon générale les rapports au sein de la fraterie sont sans heurts, mais je n'ai pas l'impression pour autant d'avoir un lien affectif significatif avec un membre de ma famille proche ou éloignée.
L'impact de ma famille paternelle éloinée m'apparaît jouer un rôle relativement grand, tout du moins par rapport à la moyenne de gens. En effet il s'agit là aussi d'une grande famille, dont une partie importante vit dans dans la même région ou y passe ses vacances. Mes parents vont d'ailleurs retourner y habiter à leur proche retraite.

Ma famille à un comportement clanique, dans le sens où elle se préserve des perturbations extérieures par effet de corps, soutien matériel, logistique, et financier. Au sein même du clan les membres j'ai l'impression (et je sais ne pas être le seul) que chaque membre y tient un rôle précis, relativement fermé et surtout immuable.

Evidemment aucuns de ces rôles n'a été attribué, ou n'est évoqué explicitement. Néanmoins le fait est que les membres de ma famille ne manifestent un réel enthousiasme que lorsque, dans mon cas je réussi ou que je démontre mon expertise dans un domaine factuel, qu'il soit professionnel ou relié à mes hobbys. Toute reflexion, activité ou démonstration de mes qualités dans un domaine autre que technique et intellectuel, se heurte à un silence radio.
Ce comportement clanique, de même que l'attribution de rôle existe aussi dans ma famille proche (fraterie et parents) mais il me semble moins fort.

Cependant lorsque je réalise quelque chose qui ne rentre pas spécialement dans la liste d'activité auquel on m'associe, je ne peux m'empêcher de me sentir coupable, voir d'occulter cette réalisation à leur yeux.

Il s'avère que finalement j'oscille entre m'appliquer à faire au mieux se dont on attend de moi, quoique je fasse et avec qui que se soit, aussi en dehors de la famille, et pratiquer des activités auxquels ont ne m'associe pas, en évitant de les évoquer.

J'éprouve une angoisse systématique lorsque je doute du fait de faire vraiment se qu'on attend de moi, ce qui m'amène à avoir une tendance perfectionniste. Je suis très exigeant sur la qualité de ce que je fait. En revanche je me satisfait de beaucoup moins en ce qui concerne les activités des autres, du moins pour ce qui est des personnes avec qui j'ai des contacts directs. Car je suis très exigeants sur la qualité de mes divertissents culturels et artistiques. De même que tout ce qui concerne l'accès au savoir et la connaissance.

Lorsque quelqu'un "me prend la main dans le sac" par rapport à une de ces activités occultes je me sens assez mal à l'aise. De plus j'ai souvant eu le droit à des reflexions du styles: "je suis choqué/e, je ne pensait pas ça de toi", "je suis impressionné/e, je ne savais pas que tu faisais ça".

Je pense qu'en fait je m'applique depuis aussi longtemps que je m'en souvienne à être ce à quoi on m'associe et à occulter toute mes autres facettes avec pas mal de succés.
Le problème là-dedans c'est que je pense que ce mode de fonctionnement m'isole partiellement d'un point de vue social, et totalement d'un point de vue sentimental.

J'espère que vous pourrez m'aider un peu à y comprendre quelque chose, et a y trouver la direction d'une issue.

Hors ligne

 

#2  28443

Re: Je me sens oppressé par l'image que je me suis construite...

bonjour,

a écrit:

a y trouver la direction d'une issue.

déjà, à votre avis: quelles sont la ou les issus possibles?


Thérapeute

Hors ligne

 

voir aussi dans la librairie du site ...

#3  28462

Re: Je me sens oppressé par l'image que je me suis construite...

Bonjour,

Quid de la difficulté d'être tout simplement soi au sein de sa famille ...

a écrit:

chaque membre y tient un rôle précis

Si vous deviez definir le rôle que vous pensez devoir tenir, quel serait il ?

a écrit:

Toute reflexion, activité ou démonstration de mes qualités dans un domaine autre que technique et intellectuel, se heurte à un silence radio.

Dans quel domaine aimeriez vous être reconnu ?

Comment pourriez vous faire pour être reconnu pour ce que vous êtes et non pas pour ce que vous faites ?


Cabinet de psychothérapie et de Psychanalyse de Christelle Moreau, MAISON de la SANTE, 7 avenue Alfred Mortier, 06000 NICE CENTRE, Arrêt de TRAM Lycée Masséna, Cathédrale Vieille Ville, pour rendez-vous, merci de me joindre au 06 41 18 52 56, à bientôt.
M'appeler avec Skype : christelle.moreau

Hors ligne

 

#4  28527

Monsieur S
Nouveau membre
Pas de photo !

Re: Je me sens oppressé par l'image que je me suis construite...

Bonjour,

Par rapport à la question,

a écrit:

déjà, à votre avis: quelles sont la ou les issus possibles?

Il s'avère que je suis en train de terminer mes études, en ce moment je fais ma thèse de master loin de chez moi, ce qui réduit l'impact de mon milieu familial. Le choix de faire cette thèse en dehors de l'université où j'étudie présentait plusieurs avantages, mais au premier rang desquels figure le fait de pouvoir "mettre les voiles".

C'est là le premier essai d'issue que je teste.

En ce qui concerne la question,

a écrit:

Si vous deviez definir le rôle que vous pensez devoir tenir, quel serait il ?

Je suis l'intellectuel de la famille... celui qu'on comprend pas quand il parle, mais dont on se dit que s'il parle ainsi, c'est que il doit y avoir une bonne raison.

Et pour la question:

a écrit:

Dans quel domaine aimeriez vous être reconnu ?

Je ne crois pas que ça soit vraiment un domaine en particulier, dans le sens, ou ce que j'appelle "silence radio" c'est:

Soit une absence de "feed-back" sur quelque chose que je fait, ou un comportement que j'ai, ou quoi que se soit qui n'entre pas dans le giron de mes "compétences attribuées".

Soit qu'on ne va pas me proposer une activité, demander mon avis sur un sujet ou m'associer à un groupe, sauf ceux entrant pas dans le giron de mes "compétences attribuées".

Ce qui me pose problème, ce n'est pas trop le rapport à ma famille. Fondamentalement la famille éloignée où je ressent vraiment cette pression, je ne la voit plus que quelques fois par année. Ma famille proche, je suis de moins en moins confronté à leur présence et globalement je m'en porte pas plus mal.

Le problème est qu'aussi longtemps que je m'en souvienne, avec tous les groupes de personnes que j'ai rencontré dans divers contextes, (études, activités culturelles, associations, job d'étudiant...) Je me retrouve très vite dans le même schéma, on me consulte pour les trucs habituels, et on m'oublie pour le reste.
Ces groupes de gens sont passablement indépendant les uns des autres, ce qui signifie que la seule explication pour qu'une situation similaire puisse s'y installer (très vite d'ailleurs, de quelques jour à quelques semaines) c'est que j'en sois la cause.

Probablement que ce que j'associe à un "silence radio" vient en fait de moi, dans la mesure ou lors de la phase où on fait connaissance entre les membres d'un groupe c'est probablement moi que ne répond qu'a certains stimuli précis toujours en relation avec les mêmes sujets. Probablement aussi que lorsque j'initie une discussion je prends aussi toujours le même genre de sujets.

ça ne veut pas dire par là que je n'ai pas de sujets variés de discussion. Une amie m'a dit dernièrement: "You are the best person to have random talks with" Ce qui veut dire en substance qu'on peut me lancer sur n'importe quel sujet, j'aurai toujours qqch à dire et j'arriverai à entretenir une discussion.

Fondamentalement, je pense que le point commun entre ces discussions et mes interactions en général avec les autres, c'est que mes interactions avec les autres membres d'un groupe ne m'impliquent jamais sur un plan émotionnel.
Ceci explique peut-être en partie pourquoi je me retrouve systématiquement dans la même situation.

En revanche, en l'état, ça ne m'aide pas vraiment à changer de trajectoire. Quelques fois j'ai délibérément essayé de réprimer ce comportement, en particulier en entrant dans des groupes avec que des personnes inconnues entres-elles (séjour linguistique)
Le fait est que je me suis retrouvé "comme d'hab" dans la même situation, après 2 semaines.

Hors ligne

 

Partagez cette page sur Facebook ou Twitter :

Aller... » Pages: 1

Les propos tenus sur cette page n'engagent que leurs auteurs respectifs. Psychanalyse en Ligne n'est pas responsable du contenu textuel qui est la seule responsabilité des membres inscrits. Les citations d'ouvrage ou contenus Internet sont la propriété de leurs auteurs.

Articles et Dossiers

Tous les articles du portail Psy : sommaire

Forum Psy en Ligne - le site de Christelle Moreau psychanalyste à Nice - email

Pied de page des forums

mur des tags
Retour sur Psychanalyse en Ligne

©2006Psychanalyse Francophone

Le Forum de la psychanalyse, du mieux-être, du coaching, du développement de soi, depuis 2006. Posez vos questions à Christelle Moreau psycho-analyste et recevez une réponse en 72 heures. Pour évacuer, préparez une thérapie, n'hésitez pas à vous autoriser, ici la première parole souffrante est accueillie à sa juste valeur, elle est analysée, comprise et reçoit echo très rapidement par téléphone , par mail ou via skype, pour cela il suffit juste de prendre rendez-vous. Inscription gratuite ! Un site de Christelle Moreau ©2006

©2006-2019 Buzzistic | contacts

  • haut de page