Page FacebookTwitterTwitter
☎ 06 41 18 52 56
en conflit avec mon fils de 40 ans
Vous n'êtes pas identifié. Si vous n'avez pas de compte, inscrivez-vous en cliquant ici.

en conflit avec mon fils de 40 ans

#1  35376

mamyza
Nouveau membre
Pas de photo !

en conflit avec mon fils de 40 ans

je vais essayer de résumer la situation le plus simplement possible.
depuis le 21 juin 2012 exactement, mon fils est parti en claquant la porte à cause d'une colère justifiée de ma part. depuis, je ne l'ai revu qu'une seule fois et cela, parce que je suis allée chez lui chercher sa fille. nous n'avons eu entre temps que des échanges de sms. En sachant que durant ce laps de temps, j'ai essayé de rétablir le lien.  qu'il m'a affirmé qu'il ne m'en voulait pas à moi mais à sa petite soeur (26 ans) et à son beau père. pour des raisons qui remontent à plus de 4 ans quand il s'est séparé de sa compagne. je suis tombée des nues ! je n'ai pas voulu m'attarder sur cela et j'ai décidé d'être patiente et de le laisser revenir vers nous. peine perdue ! sa petite soeur, qui vit à l'étranger, est venue entre mi aout et mi octobre en France. là, il m'a écrit que sa porte était ouverte à elle aussi. à n'y rien comprendre ! donc, il fallait aller vers lui mais pas lui vers nous... ma fille, mécontente de son attitude vis à vis de son père  et de moi, n'a pas voulu rentrer dans son jeu et a refusé de se déplacer. je ne l'ai pas défendu, bien au contraire, et lui ai dit que en tant que benjamine, c'était à elle à aller vers son grand frère. comme elle est aussi têtue que lui, ya rien eu à faire. donc elle est repartie sans avoir vu son frère. je précise que mon fils est l'ainé et qu'il a 2 demi soeurs de 29 et 26 ans. l'ainée se marrie cette année et il avait gardé des relations à distance aussi avec celle ci depuis ce fameux jour où il a claqué la porte.
donc nous avions jusqu'à la fin de l'année, des relations épisodiques et seulement par sms ou par "skype". en début d'année, par l'intermédiaire de son ex compagne (avec qui nous sommes restés en bons termes) il m'a demandée de garder sa fille le temps d'un week end et de venir la chercher chez lui. cela faisait près de 8 mois que je ne l'avais plus vu en chair et en os ! quand je l'ai vu, je l'ai pris dans mes bras et lui aussi. j'ai essayé d'aborder une discussion sur toute cette période , le relationnel avec ses soeurs, son père. il m'a dit "toutes les personnes qui m'ont fait du tort, j'ai décidé de les zapper, je n'ai plus le temps de m'arrêter sur les gens inintéressants". bon j'ai laissé tomber. à chaque jour sa peine. peu de temps auparavant, ma fille ainée, l'informait qu'elle avait pris pour témoin son cousin avec qui il était fâché. il a vécu cela comme une trahison et a écrit à sa soeur qu'elle ne l'était plus et qu'il ne voulait plus jamais en entendre parler de sa vie. j'ai rien dit; je n'étais pas sensée le savoir. j'avais la sensation que, petit à petit, le cours des choses normales pouvait revenir. patience et longueur de temps. j'essayais de rester sereine. de temps en temps depuis que je l'avais à nouveau rencontrée, il m'envoyait des nouvelles et en demandait. jusqu'au jour, où (la semaine dernière) l'avertissant que ma belle soeur (sa tante) était hospitalisée, et nous à l'étranger chez ma petite dernière, il me répondit (par skype) qu'il devait aller la voir avec sa fille et son amie. en même temps, il m'apprenait qu'il comptait se marier l'année prochaine. mes enfants faisant les choses en série, je lui ai appris que sa petite soeur s'était fiancée et que ce serait bien qu'il l'a félicite. voici sa réponse "je m'en branle, je m'en fous". mon sang n'a fait qu'un tour et je me suis mise en colère. je passe les détails de tout ce qu'il m'a dit sur sa soeur et son père qui l'avaient enfoncé (???) et j'en passe et que j'étais comme les autres... "c'est fini ! oublies ton fils !".
depuis, il a enlevé ses soeurs et moi même de tous les réseaux sociaux internet. il me reste la possibilité de le joindre par sms et courriels quand même. mais je n'ai pas voulu lui répondre bien que j'en ai très envie.
je pense que c'est la crise des 40 ans (bien qu'il m'est affirmée le contraire) et que la jalousie qu'il avait enfouie depuis petit pour ses soeurs ressort ainsi que celle de partager sa mère avec un homme qui n'était pas son vrai père.
ai je raison ? ai je tort de me comporter comme cela ? mon mari m'a proposée d'aller  le voir mais j'ai refusé. comment faire ?

Hors ligne

 

#2  35389

Christelle Moreau
Psychanalyste, Thérapeute, psychodynamique
Avatar de ce membre Sur Facebook

Re: en conflit avec mon fils de 40 ans

Bonjour,

Votre fils semble avoir déterré ses vieux démons et ses vieilles rancœurs, il est important pour lui qu'il fasse son chemin, même si ce chemin le mène à une rupture, cette rupture est propre à son histoire, c'est à dire ses ressentis et ses sentiments et non à ce que vous avez perçu vous, en tant que mère.

La douleur qu'il ressent lui appartient et vous ne pouvez lui enlever, c'est à LUI seul de travailler dessus s'il s'en offre le désir.

Je vous invite à ne pas perdre le contact avec lui, à tenter de ne pas ni juger ses ressentis, ni les démentir ce serait les nier et nier ses souffrances intérieures et à l'autoriser à être uniquement l'homme qui l'est devenu et qu'il désir vous montrer. Vous êtes vous intéressée à ce qu'il est "maintenant" à ce qu'il aimerait que vous voyez de lui ?
Il est votre fils, certes, mais il est aussi cet homme qui demande votre reconnaissance et la reconnaissance de sa fratrie.

Car il pourrait bien s'agir de cela.
Pour quelle raison un homme mure s'autorise t il à régler ou à tenter d'occulter ses colères ?
Pour démontrer avant tout qu'il est devenu un homme à qui on ne la lui fait plus.
Un homme qui ne se laissera plus faire, un homme qui ne veut plus subir sa famille, mais la vivre si on lui prouve qu'il est aimé pour ce qu'il est devenu et non pas pour ce qu'il a été ou non.

Vivre l'instant présent dans son désir de reconnaissance et dans le déni ou dans l'affrontement ( selon ) de ses blessures narcissiques familiales.

Il semble exprimer son désir à ce que vous tous lui démontriez votre amour, probablement une grosse carence affective ou une peur de perdre sous-jacente le taraude.

Qui l'appel ?
Qui lui écrit ?
Qui lui téléphone ?
Qui s'intéresse à sa vie ?
Qui fait le lien dans la famille ?

S'essouffler à attendre en vain un désir qui ne vient pas comme on se l'imagine...
Et pour cause, on met tout en place pour qu'il ne se réalise pas, car cela serait trop compliqué, trop difficile à confronter, trop dure à gérer.

La facilité est la rupture, même si elle est douloureuse, elle permet quelque part d'aucunement se nier dans son désir, même si quelque part autre chose, un autre désir se meurt peu à peu...

Beaucoup de travail semble se dessiner au sein de votre "ensemble éclaté" qu'est votre famille.
Mais seul le désir de chacun peut permettre sa reconstruction, le désir de chacun de se re-comprendre et de se redécouvrir comme des êtres qui se choisissent et non se subissent entre eux.

Chacun se doit de vivre l'instant présent et le futur comme un possible partage, mais là encore tout est une question d'histoire familiale, de place et de désir.

Qu'il soit l'ainé ou le cadet n'a rien à voir avec son désir, le désir ne peut être rythmé par un devoir, il naît de soi.
Lorsque vous lui parlez de ses frères et de ses sœurs, il redevient ce qu'il est pour vous un fils avec le désir d'occuper la meilleur place à vos yeux.

Faites parler vos envies et laissez vous aller à lui partager qui vous êtes aussi à votre tour, sa mère certes , mais aussi cette femme que vous êtes avec vos plaisirs , vos envies, vos joies et vos peines. Car tout en conservant la pudeur d'une mère vous pouvez lui offrir la possibilité d'être lui face à vous, si vous êtes vous face à lui.

Votre fils semble chercher sa place depuis bientôt 40 ans, aujourd'hui, il en a une et compte bien la garder, si vous la validez, il en serait probablement satisfait.

J'ai envie de dire que vous n'avez pas à juger ni jauger la raison pour laquelle il agit comme cela, il en a le droit même si cela peut vous faire souffrir, quant à vous, vous avez le droit de continuer à l'aimer pour ce qu'il est devenu, ni plus ni moins.

Et si vous avez envie d'aller le voir, faites le, vous n'avez plus à régler les querelles de "chambrés", c'est à vos enfants indépendamment de vous de régler leur conflits intérieurs s'ils en ont le courage et le désir.

Bonne continuation


Cabinet de psychothérapie et de Psychanalyse de Christelle Moreau, MAISON de la SANTE, 7 avenue Alfred Mortier, 06000 NICE CENTRE, Arrêt de TRAM Lycée Masséna, Cathédrale Vieille Ville, pour rendez-vous, merci de me joindre au 06 41 18 52 56, à bientôt.
M'appeler avec Skype : christelle.moreau
» Tout savoir sur le coaching parental et ses méthodes.

Hors ligne

 

voir aussi dans la librairie du site ...

Partagez cette page sur Facebook ou Twitter :

Aller... » Pages: 1

Les propos tenus sur cette page n'engagent que leurs auteurs respectifs. Psychanalyse en Ligne n'est pas responsable du contenu textuel qui est la seule responsabilité des membres inscrits. Les citations d'ouvrage ou contenus Internet sont la propriété de leurs auteurs.

Articles et Dossiers

Tous les articles du portail Psy : sommaire

Forum Psy en Ligne - le site de Christelle Moreau psychanalyste à Nice - email

Pied de page des forums

mur des tags
Retour sur Psychanalyse en Ligne

©2006Psychanalyse Francophone

Le Forum de la psychanalyse, du mieux-être, du coaching, du développement de soi, depuis 2006. Posez vos questions à Christelle Moreau psycho-analyste et recevez une réponse en 72 heures. Pour évacuer, préparez une thérapie, n'hésitez pas à vous autoriser, ici la première parole souffrante est accueillie à sa juste valeur, elle est analysée, comprise et reçoit echo très rapidement par téléphone , par mail ou via skype, pour cela il suffit juste de prendre rendez-vous. Inscription gratuite ! Un site de Christelle Moreau ©2006

©2006-2018 Buzzistic | contacts

  • haut de page