Page FacebookTwitterTwitter
☎ 06 41 18 52 56
Conflits avec mon fils.
Vous n'êtes pas identifié. Si vous n'avez pas de compte, inscrivez-vous en cliquant ici.

Conflits avec mon fils.

#1  31457

toutiquanti
Nouveau membre
Pas de photo !

Conflits avec mon fils.

Ben voilà, encore une dispute avec fiston ce matin, partie de rien: il se plaignait que sa soeur de 4 ans ne débarrasse pas son bol. je lui dit "oh ça va, j'avais déjà débarassé plus de la moitié, il ne restait pas grand chose". Il s'en va sans attendre la réponse, je lui demande de revenir, il commence à bougonner parce qu'il veut faire de la guitare (il commence plus tard au collège), commence à répondre et patatrac. Je lui demande de pas être insolent, qu'il a 12 ans et que ça fait pas longtemps, quand même, que je lui demande de participer aux taches de la maison. Non pas que je "défende" sa soeur, mais je trouve qu'il ne lui fait pas de cadeaux alors qu'elle est quand même plus "participante". Bon ben là c'est monté en épingle comme souvent. Il répond, je lui dit que "tant qu'il aure ce ton il restera là", il ne baisse pas, bougonne, accuse. La dernière fois (jeudi dernier), j'ai crié (de trouille et de dépit) parce qu'il avant encore laissé la porte d'entrée grande ouverte. Il rétorquait qu'il était insolent parce que j'ai crié d'entrée devant son copain. J'ai entendu et me suis excusée dans la soirée de m'etre emportée.
Là j'ai pas crié, juste expliqué que c'était désagréable qu'il s'emporte à la moindre remarque, qu'il devait les accepter "pour s'améliorer et grandir", que je le fais pour lui, nous rendre service et non pas comme il dit, parce que je suis méchante.
Je lui demande de s'assoir sur le canapé en atteandant que je finisse de me préparer et le temps qu'il se calme.
Il démord pas, s'allonge, je finis par le menacer de le punir de le priver de ce qu'il aime "si il ne change pas de ton"il s'excite et tape dans le mur.
Là je vois rouge...le bouscule pour le mettre debout, là il hurle qu'il n'a rien fait, je le fais se mettre à genoux (pas glop, excatement ce que je reprochais à mes parents), en attendant qu'il se calme et que je puisse me préparer.
Je lui ai demandé de finir de ranger la table du dej vu que du coup j'ai pas pu le faire, sa soeur est venu lui faire un calin, je devais lui parler après l'avoir amenée à l'école...entre temps il était parti en étude en laissant un mot " pour pas finir de passer une mauvaise matinée avec moi".
J'ai fait "la mère juive", suis allée au collège pour le prendre en apparté et lui dire que je souhaite autant que lui que l'on sorte de cette relation de conflit, que je l'aime fort (sans bisou devant les potes hein).

Je me sens...complètement à coté de la plaque, tiraillée entre une éducation qui me semble trop stricte, mais aussi parfois une usure. Quand il est "disposé", il accepte les remarques, je le félicite, l'encourage, lache du lest (ce que j'ai appris à faire c'était pas inné et dur à gérer avec sa manie de mentir), mais quand il est "borné" comme ça, c'est un cauchemard et moi je reprends des mécanismes que je déteste...

Fiston est un enfant sensible et gentil, il est altruiste et réfléchi, ce n'est pas "un dur". Il dit que son père et sa BM disent que je suis méchante, et c'est le sentiment que c'est ce qu'il me renvoie quand je le dispute ou le punit, ça me fend le coeur. Alors je lui dit que je n'aime pas non plus, mais que pour moi être parent ce n'est pas que faire plaisir à son enfant et qu'être "détesté" fait partie de notre "rôle". Seulement je suis pas si sereine que je le dis avec ça...

Je rumine toutes ces années passées, divorcée quand il avait 2 ans, j'ai eu des années noires ensuite ou j'ai lutté pour me reconstruire tout en faisant face à de dures épreuves, vous savez celles que l'on met sur sa route inconsiemment. Mon fils a toujours été ma force, puis sa soeur.
Seulement, j'ai été violente avec  lui, comme ce que j'ai connu, de cette violence qui vous happe et vous possède. Avec le temps ça s'estompe, je suis toujours colérique, beaucoup moins, mais je suis moins "chatiments". Je parle, beaucoup avec mon fils, j'arrive à poser des limites et des "ultimatums" plus sereinement. Je me dis que je mérite la colère ou la provocation qu'il me renvoie, que c'est le prix à payer pour qu'il se libère des injustices que je lui ai fait subir, mais je dois aussi lui poser des limites...des limites auxquelles il réagit avec provocation. On a des problèmes de confiance, il ment beaucoup, se "raconte des histoires", fausse la réalité...ça c'est tout son père qui me discrédite sans arrêt et ment tout autant. Tout est mensonge dans mon ex belle famille, ça m'insupporte quand mon fils en fait autant. Je lutte comme je peux pour lui expliquer que la vie, ce n'est pas ça...

De par "l'éducation" que j'ai reçue, je me sens mère maltraitante quand je perds patience. Quand je mets une claque parce que je suis à bout (que ce soit pour mon fils comme pour ma fille je les préviens amplement que ça va tomber), j'en parle avec eux après, toujours, je leur dis que je n'aime pas ça, mais que je ne sais pas faire autrement, j'essaie de trouver des solutions avec eux, j'ai mis en place un "conseil de famille" ou on fait le point sur ce qui va va pas, progresse, ça marche plutôt bien ils sont demandeurs.

Avez vous des conseils pour nous aider à désamorcer avec mon fils?

Hors ligne

 

publicité

Partagez cette page sur Facebook ou Twitter :

Aller... » Pages: 1

Les propos tenus sur cette page n'engagent que leurs auteurs respectifs. Psychanalyse en Ligne n'est pas responsable du contenu textuel qui est la seule responsabilité des membres inscrits. Les citations d'ouvrage ou contenus Internet sont la propriété de leurs auteurs.

Articles et Dossiers

Tous les articles du portail Psy : sommaire

Forum Psy en Ligne - le site de Christelle Moreau psychanalyste à Nice - email

Pied de page des forums

mur des tags
Retour sur Psychanalyse en Ligne

©2006Psychanalyse Francophone

Le Forum de la psychanalyse, du mieux-être, du coaching, du développement de soi, depuis 2006. Posez vos questions à Christelle Moreau psycho-analyste et recevez une réponse en 72 heures. Pour évacuer, préparez une thérapie, n'hésitez pas à vous autoriser, ici la première parole souffrante est accueillie à sa juste valeur, elle est analysée, comprise et reçoit echo très rapidement par téléphone , par mail ou via skype, pour cela il suffit juste de prendre rendez-vous. Inscription gratuite ! Un site de Christelle Moreau ©2006

©2006-2018 Buzzistic | contacts

  • haut de page