Christelle Moreau — 16-01-2017 14:08

Sans parler de "traitement" de l’autisme, 
articuler les méthodes comportementales et l'accompagnement psychanalytique devrait être une nécessité, même si cela est très complexe.

Il ne s'agit pas là de répondre aux lobbys ou de les boycotter, mais de s'intéresser à l'enfant ou l'adulte dans sa dimension unique. En effet, chaque personne qu'elle soit atteinte ou non d'autisme, est un sujet différent.

Nous devons tous, à mon sens, intégrer les apports de chaque discipline sans les amalgamer, sur ce sujet si complexe, qui, il faut le rappeler, n'a pour l'instant, pas encore trouver de réelle solution claire.

Le clivage Installé entre construction du sujet et apprentissage, en est un exemple étonnant, voire ancestral.
Pourtant, les institutions éducatives et les TCC nous montrent et démontrent tous les jours que développer les apprentissages structure également l'enfant, au delà du soutien (de ses proches et référents) que de telles actions engendrent. 

Ne restons pas fermé sur nos propres acquis et incluons le multifactoriel,  de l'épigénétique aux affects, sans pour autant faire l'économie des topiques.

Pour avoir travaillé en institution spécialisée, en IME et également en MAS, je pense qu'il est important de faire preuve de prudence et de ne pas "tomber" dans la perversité d'aider l’autre pour se contempler soi-même ou de tirer quelconque profit narcissique à partir de la dissymétrie instaurée entre la profondeur et l'immédiat, entre l’aidant et l’aidé, entre l'être et l'avoir.

Car lorsque chacun tire la couette de son côté, c'est peut-être qu'il y a des enjeux secrets...
S'autoriser à enlever ses œillères afin de se décentrer, c'est permettre aux enfants et adultes autistes de nous en apprendre tous les jours !
Christelle Moreau
Cabinet Nice Centre
54 rue Gioffredo
06000 Nice
06 41 18 52 56