En rupture totale avec la psychanalyse dominante qui nomme le plus souvent les expériences de l'enfance de fantasmatiques, elle rompt avec la Société suisse de psychanalyse et l'Association psychanalytique internationale en 1988.

Elle déclarait en janvier 2005 :

« Malheureusement, on nie partout le fait que tous les monstres sont nés enfants innocents et deviennent bestiaux à cause de leur éducation brutale. Les terroristes qui décapitent leurs victimes en Iraq ou ailleurs ne sont-ils pas des êtres humains, ne sont-ils pas, comme Hitler, devenus à la suite de leurs enfances cruels et sans scrupules ? »

Bien sur, tout un chacun peut encore être sauvé de cette destiné en travaillant auprès de "tuteurs de résilience". Voir le lien : www.lien-social.com/article.php3?id_article=504&id_groupe=1

Une thèse, que je trouve indécriable... surtout, en tant qu'ancienne éducatrice. Par contre, je pense qu'Alice Miller ne prends pas assez en considération tous les éléments de la vie qui pourtant marquent et tracent notre parcours après l'enfance. Ne pensez-vous pas ?